Wilhelm Busch

» Miyin èyèt Môrice «

Sèt´ quétes dès-ârnagats
mèteuwes an walon d’ Tchèss’lèt pa
Jean-Luc Fauconnie

 

Avec toutes les illustrations en couleur

68 pages
ISBN 978-3-937467-99-3

12,90

Le wallon utilisé ici est le parler de Châtelet, une variante du wallon occidental déjà marquée par l’influence du wallon central – article li, épenthèse de la voyelle caduque i –, et le mètre choisi, est le vers de sept pieds. Au début, cette adaptation – une traduction respectant la métrique et la rime est impossible –, a été réalisée en octosyllabes mais, si la chose était plus aisée pour ce qui est d’une langue romane, elle n’en constituait pas moins une « trahison » de l’original.

Elle fut donc reprise et fidèle au précepte verlainien – « De la musique avant toute chose, / Et pour cela préfère l’impair... » –, elle se présente maintenant en heptasyllabes, un vers plus nerveux et qui sied aux turbulences de Miyin et de Môrice; Miyin parce qu’en wallon Maximilien est sujet à l’aphérèse, mais il ne s’en est pas porté plus mal, du moins jusqu’à l’anthropophagie finale.

Â, dissus l’ conte dès mwés tchots
Ç’ qu’i fôt ètinde èt lîre, co!
Insi, lès los´ a mwés vices,
Lomès Miyin èt Môrice,
Pus râde qui d’ bé chûre li l’çon
Pou div’nu dès brâves gârçons,
Sins r’lachî, is-è riyît
,
Afrontès, is s’è moquît.
Oyi, is sont toudis près´
Pou nos fé leûs mwéjès djèsses.